L’OMS soutient la légalisation du cannabis

Temps de lecture 5 minutes
L'OMS soutient la légalisation du cannabis
L’OMS soutient la légalisation du cannabis

Ceux d’entre nous qui travaillons dans le secteur depuis de nombreuses années pensaient que ce moment ne viendrait jamais, mais il semble que nous nous rapprochons de plus en plus de la légalisation du cannabis dans le monde. Dernièrement, on parle beaucoup des composants médicinaux de la plante de cannabis, et après le dernier rapport publié par l’organisation mondiale de la santé sur le sujet, la décriminalisation de la marijuana semble imparable. Si vous voulez savoir ce que dit cet important rapport, et tous les changements possibles à venir, je vous conseille de continuer à lire cet article…

 

 

📲 Comment le changement de critères a-t-il commencé?

 

Ce n’est pas vraiment l’organisation des Nations Unies ni l’organisation mondiale de la santé qui ont permis aux États membres de dépénaliser la consommation de cannabis. Dans le monde, il y a eu plusieurs exemples d’États qui ont pris des mesures à cet égard sans tenir compte des recommandations de l’ONU ou de l’OMS, qui sont en principe responsables de réglementer ces lois au niveau mondial.

Les Pays-Bas ont une loi sur les drogues douces depuis plus de 40 ans qui fonctionne mieux que la plupart des pays avec une interdiction totale. Dans d’autres pays européens, vous pouvez également consommer de la marijuana légalement, le quartier de Christiania à Copenhague (Danemark) était un exemple de liberté, et sur ses marchés, vous pouvez facilement acheter des têtes et du haschisch. Un autre exemple est celui de certains lieux à Vienne (Autriche) ou à Prague (République tchèque) sans parler des clubs sociaux de consommateurs de cannabis en Espagne, en particulier à Barcelone.

 

Légalisation thérapeutique et récréative en Amérique

Mais ce n’est pas pour ces redoutes libertaires que l’OMS a reconsidéré l’interdiction de cette plante. En 2013 l’Uruguay légalise la consommation, la culture et la vente de cannabis dans les pharmacies. Bien que, comme nous l’avons vu, l’Uruguay n’ait pas été le premier pays à prendre des mesures unilatérales, il incombait à d’autres dirigeants gouvernementaux de réfléchir à son modèle juridique.

Certains États américains ont légalisé le traitement au cannabis médical à la fin des années 1990, mais ce n’est que 20 ans plus tard qu’ils ont commencé à dépénaliser l’usage récréatif ou récréatif. Le Colorado a été le premier État de ce pays à régulariser la consommation totale de cannabis à compter du 1er janvier 2014, et rapidement rejoint Washington, Californie et Oregon, et ainsi de suite jusqu’à atteindre 14 États plus le District de Columbia.

Le Canada a été le premier pays du G8 à légaliser pleinement la consommation de cannabis à la fin de 2018. C’était l’une des promesses électorales du premier ministre Justin Trudeau, et il n’a pas fallu longtemps pour la tenir lorsque son parti a pris le pouvoir dans ce pays. Le Canada avait déjà légalisé l’usage médicinal dans certaines régions auparavant, et dans certaines villes comme Vancouver, il était tout à fait normal de trouver des dispensaires dans de nombreux coins. En plus de cet Etat, Israël, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni et plus récemment l’ Argentine ou le Mexique ont adopté des lois pour pouvoir administrer du cannabis médical à leurs citoyens.

 

Infographie de Comment la légalisation du cannabis a commencé
Infographie de Comment la légalisation du cannabis a commencé

 

 

Achatez AK47 Auto Pev Graines

Achatez Amnesia Lemon Auto Pev Graines

📖 L’organisation mondiale de la santé affirme désormais que le CBD n’est ni dangereux ni addictif

 

Dans l’ étude publiée par l’organisation mondiale de la santé, ils déclarent clairement que la consommation de cannabidiol ne crée pas de dépendance ou ne cause pas de problèmes de santé. L’expérience a été réalisée avec des animaux, et les résultats ont été exposés en différents points que nous résumons ci-dessous:

 

  • Son utilisation ou son abus n’est ni nocif ni addictif: Dans les tests, des doses de 1, 3 et 10 mg / kilo de CBD injecté ont été administrées à des souris, et les mêmes quantités de THC à d’autres occasions, prouvant que le cannabidiol n’est pas nocif ou génère une dépendance après plusieurs jours de consommation.
  • Propriétés médicinales prouvées: Il existe de nombreux bienfaits liés à la consommation de CBD, comme anti-inflammatoire ou contre l’épilepsie par exemple. Nous avons actuellement un grand besoin de médicaments sédatifs, anxiolytiques ou relaxants non opioïdes, car dans certains pays, ils ont créé de gros problèmes.
  • Ne sème pas l’alarme dans la société: comme d’autres substances sont désapprouvées par de nombreux secteurs de la société, le cannabidiol est considéré comme une drogue inoffensive, mais avec de nombreuses propriétés. Dans le deuxième point du rapport de l’OMS, il est reconnu que le public n’a pas trouvé de préoccupation à cet égard.
  • Psychoactivité nulle: Le CBD est un cannabinoïde qui ne produit pas de psychoactivité, tout comme le THC, un autre composé de la marijuana. Ceci, ajouté à sa valeur thérapeutique prometteuse dans le traitement de nombreux maux et maladies, est une autre raison impérieuse de le considérer comme une substance sûre.

 

 

👌 L’OMS recommande aux Nations unies d’inscrire le cannabis sur la liste des substances à faible toxicit

 

Depuis la convention de Vienne sur les stupéfiants tenue en 1961, dans laquelle toutes les substances narcotiques contrôlées ont été classées sur plusieurs listes, le cannabis est sur la liste IV, où elles sont les plus dangereuses et sans propriétés médicinales.

L’organisation mondiale de la santé a changé ses critères concernant cette plante, et recommande maintenant à l’organisation des Nations Unies de retirer la marijuana de la liste IV et de la reclasser dans la liste I, où se trouvent des substances aux propriétés reconnues, thérapeutique, avec moins de contrôle et ouvert à la recherche.

 

 

Achatez Buce Banner Pev Graines

Achatez C99 CBD Pev Graines

✨ Changement de critères basé sur des preuves

 

Dans la lettre adressée par le directeur général de l’organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom, au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, l’Organisation mondiale de la santé explique que son comité d’experts sur la toxicomanie (ECDD, dans son acronyme en anglais) a analysé le cannabis et les autres substances qui en dérivent et leurs propriétés et propose de retirer la plante et ses dérivés de l’annexe IV de contrôle, réservée aux substances «très dangereuses et sans aucune ou très faible valeur médicale.” et d’inclure certains de ses principes actifs, comme le THC ou le CBD, dans la liste 1.

En ce qui concerne le cannabidiol, qui n’a pas de propriétés psychoactives, l’OMS propose d’inclure une note de bas de page indiquant que ” les préparations contenant principalement du CBD et pas plus de 0,2% de THC [ce composant a des effets psychoactifs] ne sont pas sous contrôle international. ” Avec ce changement de position, le premier de l’OMS sur une substance considérée comme un médicament, vient à dissiper les doutes qui ont été soulevés sur les propriétés thérapeutiques du cannabis.

 

 

⛳ Que va-t’il se passer à partir de maintenant?

 

Lorsque l’ONU intégrera cette recommandation, les États auront l’approbation de suivre la voie tracée par des dizaines de pays qui avaient sauté la Convention il y a longtemps, comme l’Allemagne, Israël, de nombreux États aux États-Unis ou au Canada à usage médical et, plus récemment, des pays comme le Canada ou l’Uruguay avec une réglementation complète.

Un nouveau scénario s’ouvre dans le monde entier, et bien que de nombreux pays aient déjà changé leurs lois sur le cannabis médical ces dernières années, à partir de ce moment, les États qui ont nié les preuves scientifiques de cette plante devront reconsidérer leur position, parce que l’OMS est le principal organisme de santé au niveau mondial.

Il est facile qu’à partir de maintenant, de nombreux laboratoires et sociétés pharmaceutiques commencent à enquêter pour commercialiser des médicaments dérivés du cannabis, et de plus en plus nous verrons apparaître de nouveaux produits cosmétiques, comestibles, boissons et toutes sortes de médicaments fabriqués à partir de notre précieuse plante.

La recommandation de l’OMS n’affectera pas la réglementation du cannabis récréatif, donc pour le moment nous ne pouvons pas nous faire d’illusions en général. En fait, la Convention des Nations Unies établit dans son article VII que, pour les produits de la Liste I, auxquels le cannabis passera, “Toute utilisation, sauf celle à des fins scientifiques et médicales très limitées, est faite par des personnes dûment autorisées en établissements médicaux ou scientifiques qui sont sous le contrôle direct de leurs gouvernements“.

 

 

⭐ Conclusion

 

Il semble que les choses changent ces derniers temps, et ce qui semblait être une utopie il y a quelques années est peut-être plus proche qu’on ne le pense. Ce qui est clair, c’est que ni l’interdiction n’a fonctionné, ni que nous ne pouvons nous permettre de nous passer d’une plante aux nombreuses propriétés médicinales, donc tôt ou tard, nous verrons toutes sortes de produits créés à partir du cannabis.

 

[Total : 1   Moyenne : 5/5]
Fran Quesada Moya
Fran Quesada Moya
Rédacteur de Pevgrow, activiste et fanatique du cannabis dans tous ses domaines, en particulier la sélection et le développement de nouvelles variétés.
Voir plus de posts

Laisser un commentaire