Interview avec José Carlos Bouso, docteur en psychologie clinique et en pharmacologie

0 41
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Interview avec José Carlos Bouso, docteur en psychologie clinique et en pharmacologie.

Interview avec José Carlos Bouso, docteur en psychologie clinique et en pharmacologie.

“L’interdiction de la marijuana a été une erreur historique qui a empêché le progrès dans la connaissance de ses propriétés thérapeutiques”

Il assure qu’il n’y a aucune preuve scientifique qui a prouvé que la consommation de cannabis facilite le développement de maladies mentales, quelque chose que de nombreux gouvernements sont déterminés à propager pour interdire l’utilisation du cannabis comme une thérapie médicale.

De plus en plus de pays où l’utilisation de la marijuana à des fins médicinales est légalisée et, par conséquent, permettent la recherche sur les propriétés de cette plante sur laquelle Jose Carlos Bouso, docteur en psychologie clinique et pharmacologie, dirige maintenant une étude réelle dans un groupe spécifique de personnes pour évaluer la façon dont le cannabis affecte leur qualité de la vie.

ayahuasca-y-salud livre de Jose Carlos Bouso

ayahuasca-y-salud livre de Jose Carlos Bouso

 

Il est diplômé en psychologie de l’Université de Madrid en 1996, a obtenu son doctorat en psychologie clinique dans ce même centre. Son désir de faire la thèse de doctorat “était de tester si le MDMA avait un potentiel thérapeutique dans le traitement du SSPT chez les victimes d’agression sexuelle.

Toutefois, cela n’a pas été possible, comme a expliqué Bouso lui – même, “par la pression politique je n´ai pas pu toutefois le conclure. Puis j’ai commencé une étude avec l’ayahuasca qui était ma thèse finale et j´ai effectué la recherche avec diverses substances, y compris le cannabis “.

Quelque chose qui n’a pas fait fléchir ses efforts pour maintenir son étude sur les propriétés de cette plante en ce qui concerne les effets médicinaux: “Actuellement, je mène une étude dans laquelle nous surveillons les personnes atteintes de maladies chroniques qui utilisent le cannabis pour évaluer la façon dont le cannabis affecte leur qualité de vie “.

A propos de ses connaissances et son avis sur l’utilisation médicale de la marijuana, nous avons conversé avec José Carlos Bouso et voici ce qu´il nous a dit.

– Pourquoi avez – vous décidé d’ étudier les utilisations de la marijuana comme plante thérapeutique et / ou médicinale?
La marijuana contient des composés chimiques ayant des propriétés thérapeutiques très polyvalentes et sont produits chaque jour de nouveaux développements à cet égard. L’interdiction de la marijuana a été une erreur historique qui a empêché le progrès dans la connaissance de ses propriétés thérapeutiques. Mon intérêt pour le cannabis est pour cette double raison: un médicament à la fois avec un potentiel thérapeutique et donc peu d’ effets secondaires par rapport aux autres médicaments conventionnels, ne peut pas être un médicament interdit, à moins que, comme dit actuellement, nous soyons fous. Il s´agit d´un non – sens.

Journal of the American Medical Association

Journal of the American Medical Association

– Quelles sont les principales propriétés de la marijuana à usage thérapeutique / médicinal?
Les plus reconnues et celles qui, selon deux études récemment publiées dans la prestigieuse revue JAMA (Journal of the American Medical Association), le plus haut niveau de preuve est pour le traitement de la douleur chronique, la douleur neuropathique et la spasticité. D’ autres applications concernent le traitement des maladies auto – immunes telles que la maladie inflammatoire de l’ intestin (colite ulcéreuse et Chron) et pour réduire les effets secondaires de la chimiothérapie ou dans les personnes dans des stades avancés de la maladie pour prendre du poids.

– Quels sont les principaux bénéfices prouvés de son ussage et pourquoi?
Dans la science de la marijuana, il y a peu “prouvé” car étant un médicament interdit n´est pas facile à étudier. Pire s’il y a plus de 100 études sur plus de 25.000 patients où les différents cannabinoïdes, qui sont les ingrédients actifs de cannabis, ont été testés dans différentes pathologies. Mais en dehors des études cliniques, nous devons aussi écouter ce que les patients nous disent. Peut-être que les études fondées sur des enquêtes ne signalent pas un niveau d´évidence aussi exigeant comme le cas des études cliniques, mais nous rapprochent à la réalité des malades. Et cette réalité nous dit que son principal avantage est que cela améliore la qualité de vie des patients, ce qui leur permet de se distancer eux-mêmes de leur maladie et beaucoup se retournent à la vie normale. En ce qui concerne le niveau d´évidence, j’ ai déjà répondu dans la question précédente.

Les cannabinoïdes sont les ingrédients actifs du cannabis.

Les cannabinoïdes sont les ingrédients actifs du cannabis.

– Quelle vision fait le secteur médical à ce sujet?
Supprimant la psychiatrie, je pense qu´assez positive. Au moins, est passé du déni au scepticisme. Et comme le scepticisme n´est guéri qu´avec des éléments de preuve, à mesure que la recherche et la fourniture de ressources à la recherche sont permis, ces évidences apparaîtront peu à peu. Jusqu’à présent déjà plus de 22 États américains ont légalisé l’usage médical du cannabis et des pays comme la Hollande, l’ Allemagne, l’ Italie et beaucoup d’ autres à l’extérieur et au sein de l’Union européenne ont des programmes de marijuana médicale gouvernementaux. Cela signifie qu’au moins la communauté médicale internationale accepte et reconnaît l’usage médical du cannabis.

La principale pierre d’achoppement existante de la communauté médicale, est du côté de la psychiatrie. Les psychiatres sont biaisés dans leur vision du cannabis, ils ne voient que les problèmes générés alors qu’ils sont incapables de trouver la normalité dans lequel, en utilisant le cannabis, ils ne sont pas mentalement malades. Comme si un oncologue considère toutes les personnes comme de possibles patients sans être en mesure de voir que la plupart des gens n´ont heureusement pas un cancer.

José Carlos Bouso, docteur en psychologie clinique et en pharmacologie

José Carlos Bouso, docteur en psychologie clinique et en pharmacologie

La plupart des gens qui utilisent le cannabis n’a pas de problèmes, ceci est une réalité. Je ne dis pas que tous les psychiatres ont ce biais de perception, mais je pense que la plupart oui. Ou peut – être qu’il s´agit d´un biais perceptif, aussi le mien, parce que seuls les psychiatres qui diabolisent le cannabis en parlent et le reste n´est pas écouté.

– Quels progrès mettez-vous en évidence dans son utilisation?
Peut-être la plus importante avancée se produit si sont prouvés:

1) le potentiel anticancéreux de certains cannabinoïdes. Dans la recherche animale, certains composés du cannabis se comportent comme anti – tumeur;

2) le potentiel antipsychotique de la CBD: La CBD est un composé végétal que certaines études ont montré être efficace pour traiter la schizophrénie;

3) le potentiel neuroprotecteur: dans les modèles animaux de la maladie d’ Alzheimer, certains cannabinoïdes ont réussi à ralentir la maladie.

Si cela arrive à être confirmé chez l’ homme, la médecine la plus nécessaire pour notre planète aurait été découverte: un médicament contre la maladie d’ Alzheimer. Á ce jour, la maladie d’Alzheimer non seulement n´a pas de remède, mais aussi, il n´existe aucun médicaments efficaces qui la freinent. Si un recours n´est pas atteint rapidement, certains prédisent que d’ici 2050, le système public pourrait s’effondrer. Il est assez surprenant qu´il n´y ait pas plus de recherche dans ce domaine.
Par Noelia Jiménez, équipe de Piensa En Verde

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Qu’est-ce pevgrow.com
PEV Grow est née en 2009, une entreprise située à Valence, une ville côtière dans l'est de l'Espagne. après 1 an de travail acharné pour donner des conseils sur l'utilisation connue de graines de cannabis. Nous expédions les graines partout dans le monde...